Sec et sous une température particulièrement agréable, le tout premier Port of Antwerp Night marathon a bénéficié de conditions climatiques idéales. Plus de 9000 coureurs attendaient avec impatience cette première fête de la course à pied depuis la crise du coronavirus. Et les mines réjouies ont illuminé une arrivée jugée dans l'obscurité.

Les lumières de l'Escaut, les lumières de nombreux monuments d'Anvers et, pour certains, peut-être quelques étoiles à l'arrivée, voilà ce qui a été offert aux participants du marathon, du semi-marathon et du marathon relais samedi soir. Ils se sont élancés à la lumière du jour, ont vu défiler les kilomètres et le crépuscule pour achever l'épreuve à la tombée de la nuit. Une expérience unique qui a donné à l'événement une atmosphère particulière. De nombreuses animations délicates et originales le long du parcours ont fait le reste. Pourquoi un marathon nocturne ? Pour toutes ces raisons.

Le premier à profiter de l'ovation de la foule et à inscrire son nom au palmarès du Port of Antwerp Night Marathon, qui avait également valeur de championnat de Belgique du marathon, fut Filip Vercruysse. Agé de 38 ans, le natif de de Vlamertinge a coupé la ligne en 2:24.11 et devancé d'une minute Tommy Kinders (2:25.04). Bart Verschoren a terminé troisième en 2:25.23. Vercruysse n'est pas un inconnu dans le monde du marathon. Il a signé l'an dernier à Valence un record personnel en 2:16.57.

Victoria Warpy s'est imposée chez les femmes en 3:02.12, devant Lieselotte Beck (nouvelle championne de Belgique) et Nel Van Damme. Le marathon relais a été remporté par la Team JMT de Mol. Le quatuor, dont chaque membre a pris à son compte un peu moins ou un peu plus de 10 kilomètres, l'a emporté en 2:36.17. Le bourgmestre d'Anvers Bart De Wever a quant à lui franchi la ligne 4:11.21, en dessous de son objectif selon le principal intéressé. De Wever a pris la peine en cours de route, à hauteur du Kiel, d'allumer la flamme du monument représentant les anneaux olympiques. L'échevine en charge du port, Annick De Ridder, en a terminé en un peu plus de 5 heures.

Avant le départ des marathoniens, les participants au semi-marathon ont été les premiers à s'élancer. Après un peu moins d'une heure et 10 minutes, le duo de tête Ramdan Snoussi - Rik Thijs s'est joué la victoire au sprint. Snoussi, déjà troisième de l'AG 10 Miles en 2019, a précédé  d'un mètre Thijs (en 1:09,25). La course féminine, moins disputée, a sacré Elke Heirman en 1:22.31.

Le tout dernier marathonien a franchi la ligne du MAS à 1h35 du matin. Il était temps désormais de rendre Anvers à la nuit.